Je teste un lombricomposteur pour réduire mes déchets !

Je mange beaucoup de fruits et légumes frais et j’ai toujours trouvé idiot de jeter les déchets organiques à la poubelle : en grandissant à la campagne, je jetais mes épluchures dehors (nous avions un tas au fond du jardin, le compost était utilisé pour le potager). Maintenant que je vis en ville, je me vois mal balancer tout ça par dessus le balcon… J’ai donc pris l’habitude de les mettre à la poubelle avec le reste de mes déchets.

Brasser de l'air - Compost.jpg

Lorsque j’ai pris conscience des enjeux de la production de déchets (notamment grâce à la lecture du fabuleux livre de Béa Johnson, mais aussi de la famille zéro-déchets), j’ai d’abord cherché s’il y avait un composteur collectif proche de chez moi, sans succès. Mais j’ai découvert que ma ville, comme de nombreuses autres, s’était engagée en faveur du compostage et fournissait à ses habitants des lombri-composteurs gratuitement.

Mon copain était plutôt septique, il avait peur que ça sente mauvais, que ça attire les moucherons, que ça prenne de la place… J’avoue que je partageais un peu ses inquiétudes, mais intriguée par l’expérience et motivée par la réduction de mes déchets, on a fait un deal : je m’occupe de tout et s’il y a trop d’inconvénients, on trouvera une autre solution.

En avril, pendant mon challenge zéro déchet, j’ai fait ma demande en ligne. Un peu plus d’un mois après, j’ai reçu la réponse : ma demande avait été prise en compte et on m’indiquait les dates pour venir retirer mon lombri-composteur. Entre mes disponibilités et les vacances, je n’ai enfin pu le retirer que mi-septembre pour commencer l’aventure.

Nous étions une dizaines à venir retirer notre composteur ce soir là. Le maître-composteur de ma ville (oui, c’est un vrai job !) nous a accueilli et nous a expliqué le fonctionnement du lombricomposteur. Pendant une petite heure, il nous a parlé des vers et de comment bien s’en occuper, quoi leur donner à manger, comment garder un bon équilibre à l’intérieur du composteur, … bref, il a répondu à toutes les questions que l’on peut se poser ! J’ai pu repartir avec mon composteur sous le bras, un petit guide récapitulant les infos essentielles, et un bon pour commander mes vers, fournis par une société extérieure.

Il a fallu attendre encore une semaine avant que je ne reçoive un petit colis contenant un sachet de vers. C’était un peu étrange d’avoir un petit sac grouillant de vers… Je me suis dépêchée de monter mon composteur (c’est ce modèle, si vous voulez voir à quoi il ressemble : pas hyper esthétique mais assez petit et pratique). Comme indiqué, j’ai disposé le bac destiné à collecter le « thé de vers » (le jus de compost super bon pour les plantes) puis un premier bac pour accueillir mes vers. J’ai laissé les autres bacs de côté, il faut les rajouter un par un, une fois le bac du dessous plein. Dans ce bac, j’ai disposé un grand morceau de carton au fond, et plein de bouts de cartons déchirés  par dessus. Normalement, il aurait fallu mettre de la litière de coco, pour que les vers s’habituent à leur nouvel environnement mais je n’en ai pas trouvé. Enfin, j’ai versé le contenu du sachet (donc les vers), j’ai mis le couvercle et j’ai placé mon composteur dans ma cuisine, à côté de ma poubelle.

Depuis un mois, je verse donc mes déchets verts (épluchures et restes alimentaires végétaux principalement) dans mon composteur en prenant bien soin de toujours les recouvrir de bouts de cartons (les rouleaux de papier WC découpés font très bien l’affaire). Ça permet de garder l’équilibre entre déchets azotés et déchets verts et d’empêcher la reproduction de moucherons. Mon premier bac a rapidement été plein, j’en ai ajouté un second. Il m’en reste deux, que j’ajouterai selon le besoin.

Jusque là, je suis ravie de mon lombricomposteur. Il ne me cause aucune nuisances : pas de moucherons, pas d’odeurs (quand on l’ouvre, il y a une légère odeur mais ça ne sent pas vraiment mauvais, fermé, on ne sent rien). Il n’y a aucun entretien à faire puisque les vers se régulent selon la quantité de nourriture et se débrouillent pour passer d’un plateau à l’autre. Je vous en reparlerai d’ici quelques mois, quand j’aurai ajouté tous les plateaux et que j’aurai collecté mon « thé de vers » ! Si vous hésitez encore, je vous conseille vraiment de tenter l’expérience ! Si vous avez des questions ou des avis, n’hésitez pas à les partager, ça m’intéresse d’avoir votre point de vue.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s